Des marguerites sauvages dans le pré ? Envoyez-nous vos observations de marguerites sauvages dans le Nord Ouest de la France !

Vous avez observé des
marguerites sauvages ?

Parce que nous avons besoin de vos observations pour compléter
les connaissances sur les marguerites sauvages...

Dites-le nous !

La Grande marguerite, c'est...

Leucanthemum vulgare (Vaill.) Lam. de son nom scientifique.

Une plante de la famille des Astéracées, composée de fleurs jaunes au centre (tubulées) et de fleurs blanches en périphérie (ligulées). Ce qu’on pense être une fleur est en réalité un bouquet de fleurs !

Une plante qui mesure de 30 à 60 cm de hauteur.

Une plante qui fleurit de mai à août, parfois jusqu’en octobre !

Grande marguerite

Ne pas confondre avec...

La pâquerette vivace

La Pâquerette vivace : avec ses 15 petits centimètres de haut, la Pâquerette se contente de rester au ras…des pâquerettes ! De plus, le diamètre de son capitule ne dépasse guère 2 cm, quand celui de la Grande marguerite varie de 2 à 5 cm. Enfin, la tige est dépourvue de feuille contrairement à la Grande marguerite.

Les matricaires

Les matricaires : comme chez la Pâquerette, le diamètre du capitule est inférieur à celui de la Grande marguerite (3 cm tout au plus). De plus, la tige des matricaires est bien souvent ramifiée, au contraire de celle de la Grande Marguerite. Enfin, les inflorescences de certaines matricaires sont très odorantes (odeur d’agrumes ou d’ananas). Les feuilles, quant à elles, sont bien différentes : elles sont très découpées chez la matricaire quand elles sont plutôt longues et peu découpées chez la Marguerite….

La grande marguerite horticole

Les marguerites horticoles : les marguerites sont beaucoup utilisées comme plantes d’ornements. Elles ont été sélectionnées pour répondre aux attentes des jardiniers ! Des fleurs plus grandes, de 2 à 5 cm dans la nature et jusqu’à 10 cm en ornement. Des formes variées : une augmentation du nombre de ligules blanches, une modification de la forme des fleurs tubulées jaunes, des modifications globales de formes et de couleurs etc.

Ne pas confondre avec...

La pâquerette vivace

La Pâquerette vivace : avec ses 15 petits centimètres de haut, la Pâquerette se contente de rester au ras…des pâquerettes ! De plus, le diamètre de son capitule ne dépasse guère 2 cm, quand celui de la Grande marguerite varie de 2 à 5 cm. Enfin, la tige est dépourvue de feuille contrairement à la Grande marguerite.

Les matricaires

Les matricaires : comme chez la Pâquerette, le diamètre du capitule est inférieur à celui de la Grande marguerite (3 cm tout au plus). De plus, la tige des matricaires est bien souvent ramifiée, au contraire de celle de la Grande Marguerite. Enfin, les inflorescences de certaines matricaires sont très odorantes (odeur d’agrumes ou d’ananas). Les feuilles, quant à elles, sont bien différentes : elles sont très découpées chez la matricaire quand elles sont plutôt longues et peu découpées chez la Marguerite….

La grande marguerite horticole

Les marguerites horticoles : les marguerites sont beaucoup utilisées comme plantes d’ornements. Elles ont été sélectionnées pour répondre aux attentes des jardiniers ! Des fleurs plus grandes, de 2 à 5 cm dans la nature et jusqu’à 10 cm en ornement. Des formes variées : une augmentation du nombre de ligules blanches, une modification de la forme des fleurs tubulées jaunes, des modifications globales de formes et de couleurs etc.

Où l'observer ?

Prairie sauvage avec Marguerites

La Grande marguerite aime par-dessus tout s’installer dans les prés fauchés, mais il est également possible de la rencontrer en prairies dunaires, dans les friches et sur les accotements routiers.

Pourquoi la Grande marguerite ?

Dans le nord de la France, la Grande marguerite est encore assez répandue, et de manière relativement homogène. Mais pour combien de temps ?

Les matricaires

En effet, face à certaines pratiques agricoles et notamment les différents traitements (anti-dicotylédones…) appliqués dans les prairies de fauche, ses effectifs régressent. Chassée des prairies de fauche où elle s’épanouissait gaiement, elle se réfugie aujourd’hui au niveau de l’étroit corridor séparant la prairie du bord de la route…

Dans une prairie de fauche, la présence de la Grande marguerite atteste de son caractère mésotrophe (c’est-à-dire moyennement riche en éléments nutritifs). Autrement dit, le milieu a été peu modifié (peu ou pas d’apports en engrais) et sa valeur écologique est très intéressante.

La carte des résultats